Partager
100 visages de la foresterie
Foresterie, géographie et géomatique | 2011-02-24 09:37:25
Page 1 de 11
  • Partager
    Page 1

    100 visages de la foresterie

  • Partager
    Page 2

  • Partager
    Page 3

    Mot d'introduction La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, en collaboration avec l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec, est fière de vous présenter 100 profils de ses diplômés en foresterie et en génie du bois afin de souligner 100 ans d'enseignement de la foresterie à l'Université Laval. Vous découvrirez, à travers ces nombreux témoignages, la diversité des secteurs d'activité de ce domaine, la passion qui anime ces hommes et ces femmes de tous les âges, de toutes les régions et de tous les secteurs d'emploi qui ont à cœur le développement durable de la forêt et l'utilisation responsable du bois. Robert Beauregard, ing.f., ing., Ph.D. Doyen de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique Luc Bouthillier, ing.f., Ph.D. Président des fêtes du 100 e Denis Villeneuve, ing.f. Président de l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec 100 visages de la foresterie

  • Partager
    Page 4

  • Partager
    Page 5

    1 Alexis Achim ing. f., M. Sc. et Ph. D. Comme plusieurs de mes collègues, j'ai d'abord choisi la foresterie parce que je m'intéressais à « l'environnement forestier ». Plus tard, durant mon cheminement académique, je me suis intéressé à la sylviculture pour la production de bois de qualité. Après un séjour au Royaume-Uni pendant lequel j'ai pu œuvrer en étroite collaboration avec des industries forestières dynamiques et soucieuses d'optimiser leurs pratiques, je suis revenu à l'Université Laval comme professeurchercheur pour y développer un programme d'en- seignement et de recherche sur la sylviculture des forêts feuillues. Mes étudiants et moi sommes à la recherche de solutions qui permettront de revitaliser les forêts méridionales du Québec tout en maintenant la viabilité économique de la sylviculture, sans laquelle la revitalisation ne devient qu'un idéal inatteignable. Je me considère extrê- mement privilégié de pouvoir m'impliquer de près dans la formation des futurs acteurs du milieu forestier, et ce, tant au baccalauréat qu'aux cycles supérieurs. 100 visages de la foresterie 1

  • Partager
    Page 6

    2 100 visages de la foresterie 2 Michèle Anctil ing. f. La foresterie, c'est une histoire de famille. J'ai suivi les traces de mon père, Léopold, ingénieur forestier, et de mon frère, André. La nature et la forêt ont toujours fait partie de notre quotidien et de notre environnement. Je travaille actuellement chez Abitibi- Bowater sur la certification d'aménagement forestier durable, enjeu majeur dans le contexte actuel. Les forêts procurent des avantages environnementaux, économiques et sociaux à la société. Dans le but d'atteindre un aménagement durable, nous travaillons de concert avec nos partenaires du milieu, dont les communautés autochtones présentes sur le territoire. Tous participent à établir et à atteindre des objectifs dans le respect des valeurs de chacun. Nous visons l'atteinte d'un équilibre tant au niveau environnemental et social qu'économique. La participation active et éclairée du public est un élément important dans la gestion des forêts québécoises, ainsi que l'amélio- ration continue de nos façons de faire, ce qui rend mon travail très intéressant.

  • Partager
    Page 7

    3 Carine Annecou-F. ing. f. En entrant à l'université, j'avais le rêve de sauver les forêts. Je travaillais déjà depuis quelques années à planter des arbres et à débroussailler les jeunes forêts et je trouvais que les manières de faire devaient changer un peu. Je travaille aujourd'hui dans le domaine de l'acériculture, c'est-à-dire dans les érablières destinées à la production de sirop. Pour faire du bon sirop et pour en faire beaucoup, il faut que les érables soient en santé. C'est un peu comme les vaches à lait! Je suis passionnée par la nutrition des arbres, c'est-àdire comment les arbres se nourrissent. Quand je trouve une solution pour que les érablières soient plus en santé, eh bien je réalise une partie de mon rêve. Quand je suis fière de ce que je fais et que je suis capable de bien l'expliquer aux autres, on me demande de faire des conférences. Dans ces journées spéciales, je m'amuse beaucoup à rencontrer d'autres forestiers et d'autres producteurs acéricoles. 100 visages de la foresterie 3

  • Partager
    Page 8

    4 4 Ken Arseneault ing. f. Comme je suis propriétaire d'une entreprise de consultation en foresterie (Services forestiers Azimut), mes rôles sont très variés. Spécialisé dans les opérations forestières, j'aide les différents entrepreneurs et compagnies dans leur planification opérationnelle. J'ai même développé une grande expertise pour la construction de chemins dans le cadre des projets d'implantation d'éoliennes. J'effectue la planification des différentes activités liées à la foresterie d'opération tout en respectant les lois et règlements en vigueur. Je m'assure aussi d'optimiser la planification pour minimiser les coûts de construction. J'effectue des mises à jour pour vérifier si les objectifs sont atteints et j'élabore des solutions dans un but d'amélioration continue. Je suis appelé à aller en forêt régulièrement pour vérifier l'efficacité des opérations et pour m'assurer que le travail est bien fait. Je peux donner de la formation sur les règlements et normes d'intervention ou sur l'organisation des opérations forestières. J'aime mon travail, car il est varié et qu'il me permet de travailler au bureau et en forêt. 100 visages de la foresterie

  • Partager
    Page 9

    Dominic Aubé ing. f. et M. Sc. Après dix années sur le marché du travail, je considère la profession d'ingénieur forestier comme étant l'une des plus stimulantes. Même si le contexte forestier québécois a bien évolué, j'ai la conviction que la profession a su s'adap- ter aux changements et aux défis qu'impose le XXI e siècle. Après avoir coordonné le Service du développement durable et de l'aménagement du territoire de la MRC La Jacques-Cartier durant cinq ans, je continue maintenant d'exercer ma profession au sein du Service de l'environnement de la Ville de Québec. J'apprivoise le monde municipal et développe de réelles affinités avec les gens qui y travaillent. En plus de la coordination d'équipes, je travaille à la planification, à l'organisation, à la direction et au contrôle des activités touchant la foresterie, l'environnement, l'aménagement du territoire et la géomatique pour assurer un développement durable du territoire. J'ai la chance d'évoluer dans un métier passionnant qui me permet de m'accomplir professionnellement et personnellement. 5 100 visages de la foresterie 5

  • Partager
    Page 10

    6 100 visages de la foresterie 6 Véronique Audet ing. f. et M. ATDR Quand j'étais petite, j'habitais en ville... Mais à deux rues, c'était la forêt. J'avais choisi un arbre sur notre terrain, mon arbre, celui qui grandissait en même temps que moi. À l'épo- que, j'étais bien loin de me douter que je deviendrais ingénieure forestière! Quand j'y pense, c'est une accumulation de facteurs qui m'a conduite vers cette profession. Une forêt près de la maison, un père qui m'a initiée à la pêche, de la famille qui avait des érablières, une passion pour le plein air, un intérêt pour le génie et un cours d'écologie au cégep qui m'a fascinée. Combiner les ressources pour un aménagement durable des forêts, travailler à la conservation et la mise en valeur des derniers boisés urbains, créer des aires protégées en milieu habité, intégrer les communautés au développement de leur territoire et, maintenant, faire connaître l'immensité des possibilités qu'offrent la forêt, le bois et ses métiers, c'est le sentier que j'ai suivi, celui dans lequel j'avance chaque jour avec plaisir.

Un moment SVP